Venise, une ville dans la lagune

Venise, une ville dans la lagune

Venise est un pôle mondial du tourisme. C’est une ville portuaire située au nord-est de l’Italie et qui est la capitale de la région de la Vénétie. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette cité insulaire accueille en moyenne chaque année, 30 millions de touristes selon Le FIGARO. Si sa situation géographique éveille une forte curiosité des voyageurs, c’est aussi une ville qui fascine par son architecture et son patrimoine culturel. Les monuments, les festivals, les théâtres, les bateaux-bus, le paysage sont autant de raisons qui peuvent pousser à aller à la découverte de cette charmante capitale. Même l’histoire de cette ville lagunaire fascine : elle fut une puissance navale pendant la période médiévale.

Une cité portée sur la mer, puissance navale du moyen-âge

Si Venise fascine le monde entier, ce n’est pas seulement pour sa beauté et sa romance éternelles. C’est une cité qui a une histoire et dont il faut savoir qu’elle fut une puissance navale et commerciale du moyen-âge. L’histoire de Venise et de sa puissance maritime intéresse tant les historiens que les simples touristes. Lorsqu’en 840, l’État vénitien obtint son unité politique et ducale, il développa une flotte militaire qui lui permit de dominer les transports maritimes. Se servant de ses privilèges maritimes et commerciaux, Venise organisa très aisément en Orient la vente des épices.La navigation maritime permit à cette capitale d’étendre rapidement ses échanges commerciaux :

  • En Grèce ;
  • En Crète ;
  • En Arménie ;
  • En Afrique du Nord.

Avec sa position géographique qui le plaçait entre le monde occidental, l’aire byzantine, la mer noire, la Syrie, l’Égypte, les Mongols et l’extrême Orient, Venise a su varier son commerce à des produits comme le sel, le blé, le sucre, la laine…

L’apogée des constructions navales

Après l’époque de la 4e croisade, l’État vénitien investit fortement dans les constructions navales. De 1303 à 1325, la cité des Doges s’établit comme un centre de la construction des flottes. C’est alors que l’état vénitien développa des lignes de navigation vers Barcelone, Alexandrie, Lisbonne, Londres, Bruges, Séville, Valence et de nombreuses autres régions. Au début du XVe siècle, cette ville-lagune comptait plus de 300 navires avec 17 000 marins. Cette puissance navale vénitienne tiendra jusqu’au 16e siècle. Dans l’histoire, la cité de Venise reste incontestablement la première industrie au monde de bateaux.

L’Arsenal de Venise : la première industrie au monde de bateaux

L’arsenal de Venise n’est pas seulement la première industrie de bateaux au monde.Il représente le premier site industriel en Europe au XVIIe siècle. Dans l’histoire, ce site industriel reste un premier modèle de production en grande série à la chaîne. Le modèle économique était de type actionnariat. Avec plus de 16 000 ouvriers, cet arsenal atteignait le rythme de production d’un bateau par jour. Il y était implanté une ligne de production amovible qui se faisait continuellement alimenter par des matières premières. Ce sont entre autres :

  • Le bois ;
  • Les métaux ;
  • Le charbon ;
  • Les tissus ;
  • Les cordages ;
  • Les rames ;
  • Les mâts ;
  • Les canons et fusils.

C’est une première industrie de bateaux qui avait opté pour une standardisation des pièces, des stocks et de tampons et surtout un syncrétisme de divers corps de métiers. L’arsenal de Venise faisait en effet travailler des ouvriers spécialisés en menuiseries, en fonderies, en toiles… Mais, ce qui fascine le plus, c’est l’introduction du travail à la chaîne.

Une production basée sur le travail à la chaîne

Pour la construction des bateaux et navires, les Vénitiens ont opéré une rupture avec les techniques classiques romaines. Ils adoptèrent un travail à la chaîne qui sera ensuite utilisé dans de nombreuses usines avec la taylorisation. Ce mode de production permit à l’arsenal de Venise de faire un gain de temps et de maximiser ses résultats. L’activité industrielle répondait essentiellement de quatre caractéristiques :

  • Une construction en ligne ;
  • Une qualité produit maîtrisée ;
  • Un approvisionnement en matières réfléchi ;
  • Une standardisation des équipements.

Au XIVe et au XVe siècle, l’arsenal de Venise était la plus grande usine du monde. Le modèle de l’actionnariat favorisa d’ailleurs l’augmentation des investissements et un commerce florissant. Au fil des années, Venise n’aura pas si tant perdu ses jolis bateaux. Ils restent le mode de transport en vogue et l’on y trouve un type particulier aujourd’hui : les bateaux-bus.

Les vaporettos : le transport des Vénitiens et des touristes

Les vaporettos sont des bateaux-bus qui servent de moyens de transport aux Vénitiens et aux touristes. Pour un séjour à Venise, il est possible d’avoir des informations explicites sur ces bateaux via venise.style. C’est à l’occasion du congrès international de géographie que le premier vaporetto appartenant au Regina Margherita fut mis en service le 11 juin 1881. Les vaporettos sont gérés par l’Azienda Consorzio Trasporti Veneziano. Ils desservent les différentes îles et sillonnent les canaux principaux. Les bateaux-bus n’ont pas toujours été aussi performants qu’ils le sont aujourd’hui. Leurs systèmes de fabrication ont évolué dans le temps. Parmi les modèles, on distingue les vaporettos à hydrogène et ceux qui sont électriques et ont été mis en service le 16 décembre 2010. Aller découvrir la cité des Doges, ce n’est pas seulement faire l’expérience des Vaporettos. La pêche dans la lagune est une activité phare.

La pêche dans la lagune

Le tourisme de pêche dans la lagune de Venise est une géniale idée pour un voyage lent et vraiment mémorable. C’est une occasion offerte aux touristes et aux amoureux de cette cité de monter à bord des bateaux et de devenir pour une journée des pêcheurs.On a alors l’insolite expérience d’écouter les histoires des pêcheurs, de les observer pendant qu’ils préparent leurs filets ou partagent les poissons pêchés. C’est une manière authentique de découvrir la lagune dans ses nombreuses facettes. C’est aussi une merveilleuse occasion de passer une journée à l’air libre et surtout de déguster du poisson cuisiné selon les recettes vénitiennes. Pour aller à la rencontre des pêcheurs vénitiens, vous pouvez vous rendre à Burano. C’est le centre de la plus grande communauté des pêcheurs locaux. On y découvre un visage sublime de Venise pourtant de plus en plus menacée par les paquebots.

Les paquebots et Venise

Le tourisme de masse à Venise a occasionné l’entrée régulière des paquebots dans la lagune. Ces monstres des mers de plus de 100 000 tonnes ont longtemps provoqué des remous qui ont eu pour effet la fragilisation des fondations des monuments. C’est face à cette situation de menace que l’UNESCO a donné un moratoire à la ville et à l’État italien pour la mise en œuvre de solutions concrètes. En juillet 2017, des milliers de Vénitiens ont alors manifesté pour l’interdiction des paquebots. Après des mois d’études et de confrontation, l’État italien et la ville ont adopté un plan de développement. Les décisions prises ont interdit aux navires de prendre par la place Saint-Marc à partir de 2019. Ils accosteront de l’autre côté de la lagune, à Maghera.

Que retenir ? Venise est une ville touristique au centre du monde. C’est une destination de vacances qui passionne tant par son histoire que par son patrimoine et son architecture. Pour vivre un moment inoubliable dans cette cité lagunaire, il faut simplement bien préparer son projet. Venise a tout à offrir.

Laisser un commentaire

Fermer le menu